Si le commerce en centre-ville diminue, il reste prépondérant pour tout ce qui concerne l’équipement de la personne, les agences de voyages, immobilière et les débits de boissons. L’étude de l’Insee “Les entreprises de France” publiée le 8 novembre 2016 pointe toutefois des évolutions différentes selon la taille des aires urbaines, les plus petites, et surtout les moyennes, étant les plus touchées.

Source : Le commerce en perte de vitesse en centre-ville, sauf pour les achats culturels ou de loisirs