Depuis 1995, l’Observatoire des évolutions sociales et urbaines (OESU) a investi de nombreuses thématiques afin de :

  • produire de manière permanente les éléments statistiques nécessaires à la connaissance du profil social, urbain et économique de l’arrondissement de Lille ;
  • examiner les écarts de développement entre les différentes parties du territoire à une échelle fine ;
  • analyser et aider à la compréhension des phénomènes observés sur le territoire.

L’OESU, animé par l’Agence de développement et d’urbanisme, s’appuie sur un large réseau de partenaires extérieurs. Il est en capacité de mener des observations et études sur des problématiques particulières qui permettent un éclairage plus précis. En 2017 la question du vieillissement de la population et les nouvelles formes de pauvreté sont inscrits dans le programme de travail de l’agence.

La métropole lilloise a connu de profondes mutations économiques qui ont généré des difficultés sociales plus importantes que dans la plupart des autres grandes agglomérations. La crise sociale, conjuguée à la crise économique, s’est polarisée sur certains quartiers qui ont connu de plus en plus de difficultés.

Depuis vingt-cinq ans, les politiques publiques mises en œuvre sur ces territoires essaient d’enrayer la spirale de dégradation dans laquelle ils se sont trouvés. De nombreux quartiers font l’objet d’interventions de la puissance publique dans le cadre de la politique de la ville. Les moyens financiers de l’Etat sont localement amplifiés par l’engagement de la Région, du Département, de la MEL et des villes concernées.

L’observation des quartiers prioritaires  a été confiée à l’Observatoire des évolutions sociales et urbaines (OESU) depuis 2001 dans le cadre du contrat d’agglomération 2001-2006, puis dans le cadre des Contrats urbains de cohésions sociale. Cette mission est renouvelée pour le contrat de ville 2015-2020. L’observation régulière des quartiers par l’OESU donne lieu à un travail mis à jour annuellement pour réaliser un état des lieux initial, dresser un diagnostic des fragilités et de la spécificité des quartiers et suivre leurs évolutions afin de permettre d’orienter les moyens. Cinq thématiques sont observées : emploi et création d’activités, habitat et peuplement, éducation, ambiance urbaine, santé.