Présentation

Les statuts de l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole définissent précisément la nature et le champ de ses missions ainsi que les principes de mise en œuvre.

L’Agence a pour but de « susciter, mener ou suivre toutes réflexions et études susceptibles de favoriser le développement et la qualité de l’aménagement et de l’environnement de la métropole lilloise transfrontalière ».

« L’Agence a vocation à intervenir plus particulièrement dans les domaines de l’urbanisme, de la planification, de l’habitat et du logement, du développement économique et social, du génie urbain et des transports, des paysages et de l’environnement, des loisirs, du tourisme, de la formation, de la culture et de la communication, ainsi qu’à enregistrer et gérer, par la mise en œuvre d’observatoires, l’évolution des données dans ces domaines de compétence ».
Parmi ces domaines, la planification a un statut particulier. La volonté d’élaborer un nouveau schéma directeur a en effet constitué une raison majeure de la création de l’Agence en 1990. Le Syndicat mixte du schéma directeur de Lille Métropole, qui est le maître d’ouvrage de ce document, a confié à l’Agence la mission de préparer ce schéma directeur, puis de suivre sa mise en œuvre. En 2007, le Syndicat mixte a demandé à l’Agence de réfléchir à l’avenir de ce document de planification qui prendra la forme d’un schéma de cohérence territoriale (SCOT).

Les statuts indiquent aussi un certain nombre de principes à respecter dans l’exécution des missions et qu’il est utile de rappeler :
« L’Agence contribue aux démarches de planification et à la définition de politiques et de projets dans un esprit de juste équilibre entre les composantes économiques, sociales et environnementales du développement. (…) Ses travaux s’effectuent dans un cadre partenarial, dans un souci d’harmonisation des politiques et des projets de ses membres. (…) Elle pourra, dans le respect des textes en vigueur, développer les contacts et études nécessaires avec les autorités et organismes étrangers, et notamment belges, pour une bonne prise en compte du caractère urbain transfrontalier de la métropole ».
L’Agence consacre une part importante de son activité à l’animation de démarches partenariales. C’est le cas pour la quasi-totalité de ses travaux qui rassemblent plusieurs partenaires politiques ou techniques. Ce rôle d’animation constitue l’essentiel de l’intervention de l’Agence pour certaines démarches de coopération métropolitaines et européennes entre collectivités territoriales. L’Agence a ainsi animé plusieurs réseaux de villes et agglomérations, associées pour travailler ensemble sur un thème spécifique, dans le cadre de programmes européens. En 2005, Lille Métropole Communauté urbaine a confié à l’Agence la mission d’animer le nouveau partenariat de coopération, à l’échelle de l’aire métropolitaine de Lille. L’Agence contribue aussi à certains travaux de l’Eurométropole Lille Kortrijk Tournai. Enfin, dans le cadre de la constitution de la région Hauts-de-France, les huit agences d’urbanisme, dont celle de Lille, ont souhaité d’un commun accord développer leurs coopérations et se constituer en réseau.

L’Agence a également un rôle de communication et de promotion :
« Elle organise la diffusion et la communication de l’ensemble de ses travaux et de ses observations auprès de ses membres » sous forme de publications, régulières ou plus exceptionnelles, comme « Les lieux du savoir : le patrimoine universitaire de la métropole lilloise » (Le Passage, décembre 2014), « Métamorphoses : la réutilisation du patrimoine de l'âge industriel dans la métropole lilloise » (Le Passage, octobre 2013), « Guide d'architecture de la métropole lilloise : Lille Métropole - Courtrai - Tournai – Ypres » (Le Passage, avril 2004 ; deuxième édition, juillet 2009). Par ailleurs elle présente ses travaux en de nombreuses occasions (débats…).

Enfin, « elle participe à la promotion internationale de la Métropole et de son patrimoine urbain, architectural et paysager », elle peut ainsi organiser, directement ou dans le cadre de coopérations avec d’autres structures, des expositions ou des colloques.

Rapport d’activités 2016

Rapport d'activités 2016