De chaque côté de la frontière, des actions sont menées pour repérer et préserver la biodiversité. Mais le croisement des données reste limité. Les Belges et les Français ont décidé de mutualiser leurs connaissances pour, à terme, reconnecter espaces naturels et urbains. Un projet de quatre années, financé à 50 % par des fonds européens.

Source : La Voix du Nord