La loi Fioraso de 2013 voulait restructurer la carte universitaire et scientifique autour d’un nombre limité de sites pour être davantage visible à l’international et améliorer l’offre de formations et des activités de recherche. La politique de site, conduite à marche forcée, se traduit aujourd’hui par 25 regroupements d’établissements, concernant 1,7 million d’étudiants, soit les deux tiers des effectifs de l’enseignement supérieur. « La dynamique de site est partout en œuvre », se félicite Thierry Mandon pour qui « il n’y a pas de salut en dehors de cette adaptation-là ».

Source : Localtis
Université de demain : big is beautiful ? | Localtis

Vous pourrez aussi aimer